En feuilletant le bel album de photos familial que l’on m’a offert récemment (merci à mes cousins !) j’ai découvert cette photo avec l’indication écrite au dessous (par qui ?).

Ce qui m’avait intriguée sur le faire-part de décès de mon grand père Georges Bos c’était la mention de la famille Caussé et je n’avais jamais rien trouvé au sujet de cette famille et des liens que nous avions avec elle.

J’ai donc cherché sur Geneanet toutes les familles Caussé du Tarn, j’ai bien trouvé la famille de Charles Louis Albert Caussé mais il est célibataire et je ne voyais pas de liens quand par hasard je suis tombée sur le faire-part de décès de Charles Marie Caussé agé de 11 ans au Pont Vieux de Montdragon. Or le Pont Vieux à Montdragon est le berceau de famille de mon arrière grand-mère Julie Vaysse.

Je trouve facilement les parents du petit Charles Marie Caussé sur l’acte de décès.

Je savais qu’une soeur de Julie Vaysse, mon arrière grand-mère, avait épousé Jacques Elysée Féral. J’ai donc cherché les descendants de Marie Vaysse, soeur de Julie, épouse de Jacques Féral mariés à Montdragon et je découvre qu’ils ont bien une fille Jeanne Marie Elisabeth Féral qui devient l’épouse de Henri Caussé, frère du capitaine de frégate Charles Caussé, commandant l’aviso escorteur « Amiral Charner » torpillé par un sous-marin allemand en 1916 au large du Liban alors qu’il rejoignait Port Saïd.

Je me suis donc intéressée à cet officier de marine qui n’a pas de descendants et dont la famille me semble éteinte. Il est décrit par l’Amiral de la Motte comme « un officier plein d’entrain et de vigueur en qui on peut avoir une confiance absolue en toutes circonstances ».

Admis premier au concours d’entrée à l’Ecole Navale, entré à 18 ans au service en 1885 il sillonnera les mers du Tonkin au Maroc et jusqu’en Nouvelle Calédonie. Chevalier de la Légion d’honneur en 1901, à 34 ans, il devient capitaine de frégate en 1911 et prend le commandement de l’aviso escorteur « Amiral Charner » en 1914.

En février 1916 l' »Amiral Charner » disparait.

Quelques jours avant sa mort il allait être relevé de ses fonctions pour prendre un autre commandement et il en était triste. Paul Chack dans « Pavillon Haut » le décrit comme « un grand gaillard brun, maigre et musclé, à qui une figure recuite, dont une barbe noire en pointe prolonge le profil aquilin, donne l’aspect des conquistadores Pizarre ou Cortès ».

Voilà donc Charles Caussé, beau frère d’ Elisabeth Féral, cousine de ma grand mère Marguerite Gausserand qui a probablement connu ce marin puisqu’il aimait revenir dans le Tarn.

Voici tous les liens que j’ai trouvé concernant Charles Caussé :

En écrivant cet article je pense à un cousin cher qui fut lui aussi officier de marine, et qui peut-être sera étonné de connaitre sa parenté avec le Commandant Caussé.

Une rue à Castres porte son nom : rue du Commandant Charles Caussé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *